Mengzhi Zheng, Inarchitectures
Lyon Parc Auto (LPA) Les Halles, Lyon

Permanent work, in situ, to contribute to the renovation of Les Halles car park in Lyon (LPA, Lyon Parc Auto). Addition of a roof terrace, accompanied by the architect William Wilmotte, the landscape designed Anne-Laure Giroud.


FR

Notes sur le projet

A mes yeux, il s’agissait d’habiter ce lieu dans la continuité du travail artistique que je mène autour des problématiques liées à l’espace. Mes sculptures et installations parlent de la relation entre espaces habités et non-habités, d’architecture, d’espace non-fini, d’espace non-fonctionnel, d’espace de transition... Lorsque LPA et Art Entreprise (Georges et Archibald Verney-Carron) m’ont invité à concourir à ce projet de rénovation, cela m’a paru évident de proposer quelque chose qui aille dans ce sens.
La simplicité de la forme croisée au geste radical de l’architecte Zumbrunnen m’ont tout de suite interpellé lors de la visite du parking. Deux objets distincts : l’escalier blanc accolé au solide hélicoïdal de couleur marron, et ce dernier. Je sortais de là avec une bonne idée de la manière dont j’allais investir ce lieu. Je gardais néanmoins en tête de donner davantage la place à l’humain dans un environnement parking où l’usager ne fait que transiter.
Une intention était de « déconstruire » cet objet architectural pour ensuite recomposer, restituer et (re)construire, tout en préservant et respectant le dessin architectural existant : je le souligne extérieur comme intérieur. Au point central, accompagnant le mouvement hélicoïdal, un double ruban jaune à l’image d’un « cyclone apprivoisé » sort de la terrasse et va au-delà.
Sous le ciel, mes sculptures - des modules architecturaux - sont déployées à partir du dessin de l’escalier. Ces modules ne sont ni ouverts ni fermés, et s’apparentent à des abris partiels. Ils sont traversants, communiquent entre eux. Dix modules parcourent l’espace jaune/blanc et vert de la végétation du plateau circulaire en plus des chemins de traverses Chaque module est unique et est le résultat d’un jeu d’assemblage de rectangles pleins et vides. Ces structures, à moitié ouvertes, cadrent des paysages à la fois proches et lointains.
Plus qu’une terrasse, j’ai voulu créer un espace léger et flottant, ouvert sur la ville. Un point de repère sur une carte. Un espace où l’on se pose. Un endroit unique où le visiteur est invité à parcourir l’œuvre dans sa totalité, en faire l’expérience d’une traversée bas/haut, verticale/horizontale, ligne droite/ligne courbe, visuelle/mentale, mentale/physique... Une expérience transversale et sensorielle à tout moment de la journée au gré du soleil. La relation de l’œuvre d’art dans ce contexte architectural, tout comme celle qui se crée avec les visiteurs et les visiteurs entre eux, donne une nouvelle lecture et une nouvelle identité au parking.
Ma proposition in situ joue sur les limites entre art, architecture et design. Le geste sculptural épouse le dessin architectural, du dessin architectural s’extirpe une nouvelle fonctionnalité par le geste sculptural. L’ensemble donne à la ville de Lyon une œuvre monumentale : Inarchitectures. Le projet global étant pensé et esquissé, j’ai travaillé en collaboration avec l’équipe du cabinet d’architecture William Wilmotte (WWA) et Anne-Laure Giroud (paysagiste) pour développer et préciser cette œuvre d’art dans les moindres détails.
M.Z.

Adagp © Mengzhi Zheng + LPA / WW Architecture / Anne-Laure Giroud — photos © plus2sens / Julia Guérin